Une gestion « singulière » a permis au Maroc de surmonter les effets de la crise pandémique