Interview – Edgar Babou ( Coach -Civ): » Nous nous attendons à un combat très rude »


0

En regroupement à Sainte-Tuile à Marseille en France depuis le jeudi 16 juin dernier dans le cadre de la Rugby Africa Cup ( RAC ,du 1er au 10 juillet) qualificative pour le mondial France 2023 ,les Éléphants peaufinent leurs stratégies sous les ordres d’Edgar Babou ,le sélectionneur national.Le patron du banc du XV ivoirien s’est prononcé sur les critères de sélection ,les articulations de la préparation sans manquer d’évoquer les recettes pour terrasser le zimbawé et également  appeler à la mobilisation des ivoiriens dans cette interview exclusive.

Quels ont été les critères pour la constitution de ce groupe ? 

Nous avons commencé notre préparation depuis février dernier en  faisant un premier stage en France dans le sud Ouest, la teste de Buch. Un autre mi-mars à Toulouse. Début juin à Sisteron un regroupement de 5 jours. Nous sommes dans le dernier cycle de notre préparation qui va nous amener au tournoi.  

Ces différents regroupements ont donc été déterminants dans le choix des hommes ?

Ces différents rassemblements nous ont permis de voir l’ensemble des joueurs souhaités. Comme tous les staffs, nous recherchons les meilleurs du moment. Cela, en nous basant sur des cadres qui ont l’expérience de ces événements, auxquels on ajoute des jeunes très talentueux qui n’ont aucun complexe et qui font preuve d’une grande détermination. 

Le contingent est composé principalement de joueurs évoluant en France. Est-ce une source de motivation, vu que le prochain mondial est en France ? 

Non pas du tout, les joueurs choisis sont avant tout des ivoiriens. Le sang ivoirien coule tous dans nos veines. Si le tournoi mondial de 2023 avait eu lieu en nouvelle Zélande, on aurait eu la même envie et force pour se qualifier .Nous recherchons  les meilleurs du moments.  On a fait des stages en France pour optimiser les coûts. 

Vous aurez deux semaines de travail intense… Quel est le programme de préparation… En d’autres termes, comment allez-vous meubler ce temps avant le premier match prévu le 1er juillet ?  

Ces deux semaines vont passer très vite. Nous avons fait un rappel physique. Nous travaillons tous les aspects nécessaires c’est-à -dire, la conquête, la défense, la circulation offensive et la stratégie. Nos entraînements sont faits à haute intensité. Nous  sommes sur un cycle de 5 demi-journées de travail suivies d’une demi-journée de récupération. L’adaptation aux chaleurs du sud et la récupération sont des éléments très importants.  

Comment adaptez-vous la préparation avec la forte chaleur ( Canicule) du moment ?  

Nos entraînements commencent assez tôt le matin et la 2ème partie également se fait en fin de deuxième partie de journée . Notre premier match aura lieu à 21 heures le vendredi 1er juillet.Les bains de glaces fonctionnent à plein régime et nos 2 kinés Samir Chebourou  et Malek Bouregaa sont à 200% pour assurer la récupération des joueurs. 

Quelles sont vos stratégies pour triompher de l’ogre  Zimbabwéen  ? 

Le Zimbabwé est une équipe très équilibrée et très dangereuse, avec des avants puissants et des 3/4 véloces. Nous nous  attendons un  combat très rude. 

La Côte d’Ivoire croit–elle en cette qualification ? 

Oui, nous y allons avec une énorme détermination à la hauteur du défi qui nous attend. 8 pays veulent le graal, la qualification pour la WRC 2023. Notre motivation n’en ait plus  que  décuplée.  Les joueurs et le staff ont fait d’énormes sacrifices ( famille, professionnel, rugby) pour être présents pendant les stages et cette dernière phase qui va durer 25 jours, loin des leurs. On aura à la fin de la compétition en 2022, passé 35 jours ensemble. 

Sentez-vous vous le soutien des autorités ivoiriennes ?

Effectivement ! La fédération n’a pas ménagé ses efforts pour nous mettre à disposition les moyens nécessaires.  Le budget d’une telle compétition est supérieur au budget annuel de la fédération. Nous avons donc sollicité l’aide de nos partenaires, que je remercie. Le ministère des sports et la direction générale des sports.  La solidarité sportive de plusieurs clubs nous a permis d’avoir des installations mises à disposition gracieusement. La compétition sera diffusée sur canal plus. Depuis l’annonce du diffuseur, d’autres partenaires nous rejoignent. L’appel aux partenaires est toujours d’actualité. Notre directeur exécutif Diack GASSAMA, Raoul SAPIM, directeur marketing en charge des partenaires, Tidiane KAMARA en charge des compétitions internationales œuvrent dans ce sens sous la présidence du docteur Elvis TANO. 

Marseille est une ville où vivent plusieurs ivoiriens .Vous aurez sûrement besoin de leur soutien. Un appel à la mobilisation ?

Oui en effet c’est une région multiculturelle où vit un contingent important de nos compatriotes  ivoiriens. Ainsi que  nos anciens internationaux  qui ont fait les beaux jours de la sélection et avec qui j’ai eu l’honneur de jouer.Je veux parler de  Bedel DOGOUI, Owell AZAUD, Laurent et Olivier DIOMANDE, Daniel QUANSAH, Francois LEGROS, et bien d’autres. Nous les savons derrière nous et nous appelons tous nos compatriotes de France à venir physiquement à Marseille et Aix en Provence. Et également à l’ensemble de nos frères au pays, sans eux l’année dernière nous ne serions pas arrivés  à cette étape finale. Leur soutien est primordial !

 

Réalisé par Lebéni KOFFI







Like it? Share with your friends!

0

0 Comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.