Mondiaux : une belle moisson pour l’Afrique


0

Les Etats Unis (Oregon) abritaient du 15 au 24 juillet dernier les mondiaux séniors pour la première fois de leur histoire. À côté du pays hôte de ces 18e championnats du monde premier au tableau des médailles avec 13 or ,9 argent et 11 bronze, le continent africain a répondu présent. Cela en plaçant l’Éthiopie (2e) et le Kenya (4e) dans le top 5.

Avec dans son escarcelle 10 breloques dont 4 en or, 4 argent et 2 en bronze, l’Éthiopie achève les épiques batailles d’Eugène à la 2e place. Les éthiopiens ont été sacrés sur le 5000 m dames avec Gudaf Tsegay (en 14 min 46 sec 29) et médaillée d’argent sur le 1500 m, au marathon dames avec Gotytom Gebreslase. À ces deux épreuves s’ajoutent le marathon hommes avec un record mondial réussi par Tamirat Tola qui a bouclé les 42 km195 en 02:05:36 sans oublier le 10000 m dames remporté par Letesenbet Gidey  en 30:09:94. Et surtout avec un podium 100% africain.

Le Kenya au pied du podium

Juste derrière la Jamaïque troisième avec 2 médailles d’or ,7 d’argent et une de bronze, se trouve le Kenya deuxième représentant africain dans le top 5 mondial. Les kényans ont cueilli 2 breloques en or, 5 en argent et 3 en bronze. Les titres mondiaux sont les œuvres de Faith Kipyegon, double championne olympique et Emmanuel Korir, déjà champion olympique suivi de l’algérien Djamel Sedjati respectivement aux 1500 m dames et 800 m hommes.

Le Nigeria complète le podium africain

Classé 13 au tableau final des médailles, le Nigeria a réussi l’exploit de se jucher sur la troisième branche du podium africain. Cela, fort de ses métaux précieux aux couleurs de l’or et de l’argent. Tobi Amusan a décroché l’or en 12 sec 06 établissant un nouveau record mondial au 100 m haies féminin. Quant à sa compatriote Ese Brume, elle est devenue la vice-championne du monde au saut en longueur dames grâce à un bond à 7,02 m.

Soulignons également les performances de Joshua Cheptegei le recordman ougandais du monde au 10000 mètres, qui s’est adjugé un deuxième titre mondial à Eugène. Et également le burkinabé Hugues Fabrice Zango, médaillé d’argent au triple saut masculin à 17m55. À côté de ces médailles, il faut ajouter la kyrielle d’athlètes tombés lors des finales sans médailles. La moisson aurait été plus exquise si ces finales avaient souri aux africains. Le continent africain peut toutefois se réjouir de ses exploits dans l’Oregon en visant mieux l’année prochaine à Budapest en Hongrie. Avec sûrement moins de catastrophe dans l’obtention des visas.

Lebéni KOFFI







Like it? Share with your friends!

0

0 Comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Generated by Feedzy