Tina Spencer contre Tina Glamour


0

De Tina Glamour, les jeunes d’aujourd’hui ne retiennent que la mère du légendaire Arafat DJ. Et pourtant elle a une vie artistique personnelle. Une carrière musicale qui a démarré dans les années 1980. Elle fait, entretemps, des collaborations avec Wompy (qui deviendra le père d’Arafat) et le groupe RAS. C’est en 1992 que Tina Glamour (alors Tina Spencer) se lance dans une aventure solo.

Cela fait donc 30 ans que la chanteuse anime le milieu du show-biz ivoirien. Cette année 2022, elle veut marquer ses trois décennies de musique d’une pierre blanche. Et Maman Glamour va le faire le 12 août prochain au palais de la culture, salle Kodjo Ebouclé.

12 août. Une date qui n’a pas été choisie au hasard. Car en août prochain, cela fera trois ans qu’Ange Didier Houon (Arafat DJ) s’est tué dans un accident de moto à Abidjan. « Le 12 août 2019, ma vie a été chamboulée », rappelle Tina. « Ce jour-là, une partie de moi est partie. Arafat était unique pour moi. J’ai pleuré deux ans. Je vais célébrer mes 30 ans et en profiter pour faire mon deuil. Ce concert, c’est pour rendre hommage à mes enfants perdus, Arafat et Bébé Carla », soupire-t-elle.

C’est ce qui explique l’émotion qui l’avait envahie samedi dernier lors de la conférence de sa presse de lancement de l’événement. « Mes larmes et moi, on n’a pas rendez-vous aujourd’hui. Je suis forte, mais je suis sensible », s’était-elle empressée d’avertir d’entrée les journalistes. C’est tout Tina : à la fois tendre, douce et rebelle.

Le 12 août donc, elle va donner son premier grand concert à Abidjan depuis les années 90 et son dernier spectacle qui a provoqué une grosse polémique. Mais si vous pensez que la Spendja devenue Tina Glamour va tout changer radicalement dans son show, ce n’est pas tout à fait certain. Et comme elle le dit d’avance, « Je ne vais pas venir sur scène en soutane. Un artiste est une marque déposée. »

Mais, rassurez-vous, elle viendra avant tout pour chanter de sa belle voix jazzy. « Tout le monde sera servi. Il y aura du gouro, du bété, du lingala, de l’américain. Je suis rhythm’n’blues », annonce-t-elle et d’ajouter : « Je donne ce concert pour montrer ce que j’ai dans le coffre. Et puis je trouvais que ce n’était pas normal que je donne des concerts dans d’autres pays sans jamais en donner dans mon pays. Après des show-cases, j’ose cette fois-ci le live au palais de la culture. »

La carrière de Tina, démarrée sur des chapeaux de roue dans les années 80, aura connu des hauts et des bas. A cause de son style parfois show et même très chaud. « Vous savez, je n’ai jamais été comprise, à part mon père qui m’a soutenue dans ma carrière. J’ai été une femme battue, trompée… Car mon homme et moi n’avions pas la même manière de voir les choses», révèle-t-elle avec une pointe de tristesse dans la voix.

Le spectacle inédit et unique du 12 août est produit par TG Prod, sa maison de production. Baptisé ‘’Le concert de la renaissance’’, il sera sous la direction artistique de Stéphane Edjémou. Au menu, Tina rebaptisée Lady Glam’S, proposera un best-off de son répertoire. Le public pourra savourer les titres comme  »Différence’’,  »Jata’’,  »Feeling’’,  »Holiday’’ (reprise de Madonna),  »Le choix de Dieu’’,  »Bimbola’’,  »Laissez mon nom’’,  »Desaltero’’,  »Qui va m’aimer ?’’,  »Daïchi ô’’… Le show sera agrémenté par la participation de nombreux artistes comme Seliko, David Tayorault, Freddy Assogba, Kéké Kassiry…

O. A. Kader

L’article Tina Spencer contre Tina Glamour est apparu en premier sur Top Visages.


Like it? Share with your friends!

0

0 Comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.