Un jeune laveur auto meurt au violon : voici ce qui s’est réellement passé


0

Un jeune laveur auto est mort au violon du 18è arrondissement de la Riviera. Le jeune est décédé dans des conditions curieuses.

Selon le patron du lavage dans lequel Hamed Konaté travaillait depuis février-mars 2021. Les faits se situent, le vendredi 12 novembre, le jeune Hamed Konaté, 26 ans Sénoufo, venue de Daloa est chargé de laver le véhicule d’un client avec son collègue. Le client revient plus tard récupérer sa voiture et repart sans sourciller. Près d’une heure plus tard, il revient à nouveau au lavage se plaindre qu’une pièce manque sur son véhicule. Pièce appelée « Barre ». La gérante du lavage et les deux jeunes laveurs ne se reconnaissent pas dans ces accusations.

Le patron en voyage a été joint au téléphone et informé de la situation. Après échange avec le client, il lui fait savoir que son lavage ne peut être responsable de ce vol à partir du moment où il a quitté le lavage pour revenir. Le client menace et revient quelques temps après au lavage avec des agents de police du Commissariat du 18ème arrondissement. Ces policiers vont amènent avec eux, la gérante du lavage et les deux laveurs. Une fois au commissariat, le commissaire joint le patron du lavage et l’informe que ces employés sont aux arrêts.

Le patron du lavage s’étonne de cette mesure et demande au commissaire de remettre une convocation à ses employés à laquelle il viendra répondre le mardi 16 de retour de son voyage. Il essuie le refus du commissaire, qui va ordonner la mise en garde à vue des trois employés. Justifiant à leur patron qu’ils ont reçu sur place, une convocation à se présenter au commissariat « Dès réception ». D’où leur mise en garde à vue systématique. Le patron du lavage s’étonne de cette mesure et demande au commissaire, s’il aurait été influencé par le plaignant. Il n’aura pas de réponse.

Le patron rappelle plus tard le commissaire, pour l’informer que la gérante de son lavage est enceinte de 4 mois environ et qu’il sera difficile pour elle de supporter une garde à vue. Les policiers du 18ème arrondissement vont donc libérer à la suite de cette information la gérante du lavage. Les deux autres laveurs sont maintenus en cellule dans le commissariat. Le lendemain samedi, l’un d’entre eux, en la personne du jeune Konaté Mohamed fait une crise en cellule. Il s’agirait selon notre témoin d’une crise de panique du jeune homme, qui aurait eu du mal à supporter les conditions de l’incarcération, une première expérience pour lui. Il est amené à l’hôpital d’Anono par les agents dudit commissariat. Quelques temps après, il est ramené en cellule. Le jeune Mohamed n’avait rien de grave à priori.

Sauf que le lendemain, Dimanche, autour de 17h, Hamed Konaté va encore mal. Il pique une autre crise. Son ami laveur le voit en train de se tordre, de baver… Il frappe à la porte de sa cellule pour informer les policiers. Il reçoit des réponses du genre, « laissez-le, il n’a rien » ou « laissez-le, il fait exprès ». Quelques temps après, les policiers vont entrer dans la cellule non pas pour voir l’état de santé du jeune Konaté Hamed, mais plutôt pour lui asséner des coups de matraques. Son ami inquiet fait comprendre aux policiers que le jeune homme est inconscient, il ne faut pas le frapper… Quelques temps après, Konaté Hamed est dans les pommes ou plutôt déjà mort.

Selon son collègue laveur, Hamed Konaté a rendu l’âme dans la cellule ce dimanche. Mais le commissaire du 18ème arrondissement soutiendra le contraire, lorsqu’il rencontre le patron du lavage, de retour de son voyage, le lundi 15 novembre 2021. Selon le commissaire, le jeune est décédé à l’hôpital ou ces agents l’auraient envoyé suite à son malaise. Mais pour ses amis de cellule, son corps aurait été rapatrié dans un corbillard emmené nuitamment dans le commissariat vers 4h du matin.

Par ailleurs, le Commissaire du gouvernement a décidé d’ouvrir une enquête. “Le Commissaire du Gouvernement ouvre une enquête et ordonne une autopsie. Le Chef du Parquet militaire interdit également aux enquêteurs de la police criminelle de s’approcher du corps tant que l’autopsie n’est pas terminée”, a été publié sur la page du Tribunal militaire d’Abidjan.

Cet article Un jeune laveur auto meurt au violon : voici ce qui s’est réellement passé est apparu en premier sur BUZZAFRIK.


Like it? Share with your friends!

0

0 Comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *