Le FPI, après le départ de Gbagbo, est « vivant et vivra toujours » (Affi)